Accueil Revendre votre investissement locatif

Quand se défaire de son investissement locatif ?

Investir dans la pierre reste le placement le plus sûr. Elle vous procure un revenu supplémentaire pérenne et durable. Mais est-ce un investissement perpétuel ? Pas forcément. D’ailleurs, il faudra songer à un moment donné vous en défaire pour, peut-être, migrer vers un placement moins prenant. Mais à quel moment devez-vous exactement le faire ?

conseils investissement locatif

L’amortissement d’un investissement locatif compris entre 20 et 30 ans

Il est difficile de déterminer l’amortissement d’un investissement immobilier. Ce moment coïncide généralement avec la fin du remboursement du prêt qui a financé l’acquisition. En effet, c’est seulement lorsque vous avez intégralement réglé le crédit immobilier que le bien pourra être considéré comme acquis. Un prêt immobilier durant entre 20 et 30 ans, la période d’amortissement en sera de même. Toutefois, il vous est toujours possible de rembourser le prêt par anticipation et revendre le bien par la même occasion. Attention néanmoins car le remboursement anticipé peut générer des pénalités importantes.

La fiscalité de l’investissement locatif s’aggrave au fil des années

L’investissement locatif propose une fiscalité avantageuse, notamment lorsque le bien et la location répondent aux critères de logements sociaux. L’investisseur bénéficie notamment d’une déduction fiscale sur les intérêts de son prêt immobilier. Toutefois, les avantages fiscaux vont progressivement diminuer au fil des années. L’addition entre l’impôt sur les revenus et les contributions sociales une fois la retraite atteinte peut s’élever à plus de 47%, soit la moitié des revenus locatifs. Si la fiscalité de l’investissement locatif est très intéressante lors des premières années, elle est véritablement confiscatoire sur la durée.

Les charges d’entretien accroissent progressivement

Qui dit investissement immobilier dit forcément entretien périodique. Rénovation de l’installation électrique, ravalement de façade, remise à neuf de la plomberie, les charges vont accroitre avec le temps. Ces charges génèrent des dépenses conséquentes mais peuvent également épuiser. A 30 ou 40 ans, honorer autant d’engagements est courant mais après la retraite, ces charges peuvent être pesantes. Bien évidemment, vous pouvez les confier à une entité spécialisée, une entreprise de gestion immobilière mais dans ce cas, le prix peut être particulièrement élevé et l’investissement devient plus un gouffre financier qu’une source de revenus.

Conseil : se défaire de son investissement locatif arrivé à 60 ans

La retraite est l’occasion pour vous de vous reposer. Soyons également logique, vous n’aurez tout simplement plus l’énergie suffisante pour supporter l’engagement que suscite un investissement immobilier. Il est de ce fait fortement conseillé de troquer votre investissement immobilier par un placement plus passif. Songez notamment à un produit financier tel qu’une assurance-vie qui, malgré son faible rendement, vous permet de fructifier plus sereinement vos économies.

D’autre part, la fiscalité immobilière dans le cadre d’une succession s’avère particulièrement élevée. Elle atteint en effet 60% en France. Or, en optant par exemple pour une assurance-vie, le bénéficiaire désigné paiera moins d’impôt et ne devra honorer que 20% pour la tranche de 152000€ et de 31% pour une somme supérieure, de quoi déjà faire une économie substantielle et des tracas en moins.